Amandine Dhée et La Contre Allée 


Il y a un passage du magnifique livre de Jean Echenoz, Jérôme Lindon (Minuit, 2001), où Echenoz raconte comment son éditeur avait l’habitude de partager le montant des prix littéraires de ses auteurs avec le reste du catalogue.

Et, pour en finir sur ce point, ceci. Lorsque Jean Rouaud reçoit le prix Goncourt en 1990, nous sommes un certain nombre d’auteurs de la maison à recevoir une lettre de Jérôme Lindon nous informant que ce succès, à ses yeux, ne serait pas complet si nous n’y participions pas. Cette lettre est accompagnée d’un chèque dont je ne me rappelle plus le montant, mais dont je me souviens qu’il est tout à fait substantiel. Neuf ans plus tard, quand je recevrai ce prix à mon tour, il procédera de même avec les autres.

Je cite ce passage parce que pour moi, comme je l’ai déjà écrit, Benoît Verhille est le nouveau Jérôme Lindon.

Maintenant qu’il a obtenu le Prix Hors Concours avec Amandine Dhée, pour son merveilleux roman La Femme Brouillon, loin de moi l’idée de lui demander d’en faire autant. (Il le fera très certainement le jour – proche – où La Contre Allée sera devenue une des plus prestigieuses maisons d’éditions d’Europe). Je veux simplement dire que, si le prix décerné à Amandine est le prix pour un grand roman et une grande écrivaine, il est également un prix décerné à tout le catalogue de La Contre Allée.

Cette maison d’édition est en train de tracer un parcours littéraire brillant, nouveau et inédit, que j’ai l’honneur de partager d’un peu loin et dans une autre langue. Tous les auteurs de la Contre Allée font partie d’une équipe, une très belle équipe qui jouera très bientôt dans la Ligue des Champions de la Littérature.

Un grand merci donc à Amandine Dhée d’avoir écrit La femme brouillon, et d’être à nos côtés dans ce formidable catalogue, merci aussi à Benoît, Marielle, Anna, Anna, Justine et Lauriane, qui « font » La Contre Allée.

De gauche à droite : Anna Fichet, Thomas Giraud, Roberto Ferrucci, Anna Rizzello, Isabel Alba, Julien Orange, Michèle Ortuno, Sophie G. Lucas, Amandine Dhée, Sara Rosenberg, Pablo Martin Sanchez, Marielle Leroy, Alfons Cervera, Benoît Verhille, Régis Penalva et Juliana Stoppa. Hors champ, nous pensons très fort à Anne-Laure Brisac, Christos Chryssopoulos et Georges Tyras.

Leggi questo post in e-bookLeggi questo post in e-book


Also published on Medium.